Qualques pistas de reflexion per un desvolopament durable

O sabèm totes, la societat es a cambiar. Lo mitan occitan, coma lo demai del monde, es al mitan de crisis : crisi economica, crisi del benevolat, crisi ecologica… Lo mitan associatiu es dins un periòde de transicion. Las subvencions baissan, lo monde an pas pus lo léser de s’implicar d’un biais regular e fisable… Es un modèle qu’es a morir.

Benlèu seriá lo moment per l’occitanisme de soscar a un autre sistèma, abans que siá tròp tard. Sabi qu’es totjorn dificile de se remetre en question, de cambiar sas abituds e d’inventar un novèl biais de far. Mas ai paur que siá aquò o la mòrt. Dins un detzenat d’annadas, quand lo monde associatiu desapareisserà, demorarà pas que çò qu’aurem creat a costat.

Per poder contunhar, per que la lenga nos subrevisca, avèm besonh dels jovents. Son eles que transmetràn la lenga dins un vintenat d’annadas, quand los autres i seràn pas pus. Son eles qu’an la vision de çò que serà deman, e los que bastisson l’avenidor. Mas pel moment, son pas eles que bastisson l’occitanisme. E ieu pensi pas que siá en causa d’un manca de volontat. Pensi qu’es un problèma intrinsèc a nòstre biais de foncionar.

Lo mitan occitan es un mitan prigondament democratic. Compausat en granda part per de personas eissidas de l’esquèrra seissanta-uèitarda, es estacat a las valors de la democracia. I a pas qu’a veire las AG, los vòtes a mans levadas, lo federalisme…

I a un sol problèma, que nosautres grands democratas semblam d’aver pas vist. I a tota una part dels actors del mitan occitan que, dins aquel sistèma, an pas drech a la paraula. Parli aquí dels salariats de las associacions, los que, fin finala, ne son uèi los actors màgers, amb vint a trenta-cinc oras per setmana al servici de la lenga, sens comptar las oras suplementàrias. Mas aqueles an pas cap de poder de decision al dintre de l’occitanisme.

E fin finala, lo modèle occitan de uèi es fait atal : los que decidisson del trabalh a far, del biais que lo trabalh serà fait e de las condicions dins las qualas lo trabalh serà fait son pas los que trabalhan. Perque los sols qu’an pas lo drech de vòte dins una associacion son los qu’i son emplegats. E es un foncionament que sembla anar de plan a totes los benevòles. Es la concepcion occitana de la democracia. D’unes penson, d’autres agisson.

Aquò, solide, pòt menar a de derivas. E lo mitan occitan es pas a l’abric, tan nòbla que siá la causa que defend. Ai vist de burèus, tròp luènhs del terrenc ont se trabalhava, encadenar marrida decision sus marrida decision, e de salariats desesperats qu’ensajavan de badas de far préner consciéncia de la situacion reala a lors decideires. Ai vist de salariats en batèsta contra lors decideires, perque pas un èra pus en capacitat d’escotar los autres. Ai vist de jovents – o mai sovent de joventas – ultrà qualificadas e motivadas tractadas coma d’adolescentas fenhantas e incapablas d’autonomia, que lors competéncias èran mespresadas a mai s’èran, solide, plan espleitadas. Uèi, la màger part d’aqueles ancians salariats trabalhan fòra lo mitan occitan, e i son pas pus – o i seràn pas mai – benevòles. Ieu ne soi pas estonat.

Dins lo mitan occitan, i a una casta decideira e una casta de pichonas mans. Mas se doblida sovent que las pichonas mans son necessàrias, e que son aquí per engatjament. Trabalhar dins l’occitanisme es pas un privilègi, es una situacion que demanda de sacrificis. Es quicòm qu’es pas aisit, a mai en temps de crisi ont las condicions de trabalhan se degradan. Son de monde qu’an causit de trabalhar per la causa, a mai s’aquò implicava un salari mai bas, de condicions de trabalh pas totjorn aisidas e una situacion professionala sovent precària.

Lor engatjament es nòble, e aqueles joves meritan lo respècte. Meritan d’èstre tractats coma d’egals pels als qual obeïsson. Enfin, pensi que meritan un pauc de fisança. Un jove amb una licéncia es capable d’autonomia. Es capable, e a lo drech, de prendre de decisions relativas a son trabalh.

Lo modèle associatiu tal coma es aplicat uèi es pas democratic. Cal inventar quicòm mai. I a de possibilitats : instaurar un sistèma ont los salariats an un drech de vòte sus las decisions del burèu ; far passar en SCOP las associacions qu’an d’emplegats…

Los salariats, eles, pòdon pas parlar, es per aquò qu’o fau uèi a lor plaça. Son sovent de salariats en contracte precari qu’aiman lor trabalh e lo vòlon gardar. Son de salariats que son dirèctament implicats per las causidas de foncionament de la casta dirigenta, que son pas forçadament d’acòrdi amb totas lors decisions, e qu’aimarián far ausir lor votz. Mas son salariats qu’an paur que lor CAE o lor CDD siá pas renovelat se prenon posicion publicament o al dintre de lor estructura emplegaira.

Pensi qu’an lo drech a la paraula, coma o aguèrem quand bastiguèrem aquelas associacions. Pensi qu’an lo drech de decidir de l’avenidor de l’occitan, qu’es tanben lor avenidor. Pensi que lor engatjament a pas meritat en responsa un foncionament que sembla mai – desencusatz se lo mot es un pauc fòrt – una oligarquia que la democracia. E ai paur qu’un jorn, nos venen demandar de comptes en disent : « N’i a pro d’èstre mespresats ».

Publicités

Dàvid Grosclaude en cauma de la fam

Avèm apres que Dàvid Grosclaude, conselhièr regional en carga de l’occitan en Aquitània, començava una cauma de la fam. Se ditz qu’es per desblocar una situacion a l’entorn del futur Ofici Public per l’Occitan. Es lo constat del blocatge per l’Etat centralista de las decisions presas per las Regions e los elegits locals, que fasèm tanben, pas sonque amb l’OPLO d’alhors. La cauma de la fam es en tot cas un metòde puslèu novèl, amai dins l’occitanisme, un biais d’installar un rapòrt de fòrça, perque òc, ne sèm aqui. Se vos volètz exprimir sus l’afar, i soscar, Marcha! es tanben aqui per aqu, o rapelam.

http://www.jornalet.com/nova/5201/david-grosclaude-en-cauma-de-la-fam

Crida de Marcha! – Platafòrma de la Societat Civila Occitana [OC]

Una manca gròssa de transparéncia

Mentre que totei si questionavam sus l’avenir de la mobilizacion dau movement occitan en favor de la lenga, fugueriam fòrça susprès au mes de fevrièr passat de recebre una crida per manifestar lo 24 d’octobre venent a Montpelhier, sensa jamai aguer sachut que se ne’n discutiá. Coma fuguèt presa aquela decision ? Per cu ? Quora ? Dins aquel afar la manca de transparéncia es totala.

Va sabem que per desacòrdi, la FELCO e lo Felibrige, an decidit de laissar la coordinacion “Anem Òc” e doncas de prononçar sa dissolucion. Aquò empachèt pas lo nòu collectiu de reprendre l’eslogan “Anem Òc” dins lo concors d’afichas qu’organisèt. Coma aquò enfortís lo fosc dins lo quau si trobam, amai bastís sa comunicacion sus una messòrga. Per ara, solament doas estructuras son organisatoras de la manifestacion de Montpelhier, la federacion Calandreta e l’I.E.O. Nacionau. Se sembla qu’aqueu darrier prenguèt pas la pena de consultar sei sòcis per que s’expriman sus la question, nimai ne consultèt sei seccions regionalas e localas, e bèu promièr la seccion Lengadòc qu’es la mai pertocada. Aquò es sa causida e son drech, mai siam forçats de constatar que la data, lo lòc e la natura de la manifestacion fugèron pensadas e actadas dins leis autas esfèras de l’occitanisme, qu’ara son sovent ben soletas e aluenchadas de la realitat dau terren.

Lengadòc, encara e totjorn

Tre 2007, annada de la dosena manifestacion occitana a Besièrs, çai e lai si demandava ais organisators una acampada en defòra dau país lengadocian. Aquela crida fuguèt lançada dempuei Gasconha, Provença, Lemosin, mai tanben fuguèt sostenguda per d’estructuras basadas en Lengadòc. Totjorn nos respondèron que, per de rasons praticas, èra pas possibla d’envisajar una manifestacion unitària au delà de l’axe Tolosa-Montpelhier. De qu’es nòstra credibilitat, en tant qu’occitans, se siam pas capables de nos acampar en defòra de la region centrala d’Occitània ? Coma se pòu combatre lo sistèma centralista francés mentre que totjorn lo reprodusim a nòstra escala ?

Nombrós son lei territòris occitans abandonats, devastats per la manca de reconeissènça institucionala e la pauretat de l’ofèrta d’ensenhament de l’occitan, mai leis organisators de la manifestacion son testards e maugrat un molon de demandas, concentran son accion dins Lengadòc solament. Perque causir Montpelhier, una vila onte l’occitan si pòrta fòrça ben per çò qu’es de sa representacion sociala ? D’autrei regions coma Lemosin, Provença, an mestier d’aquela reconeissènça a l’entorn de l’occitan. De comunas coma Marselha, Lemòtges emai Bordèu an un malhum d’estructuras en capacitat de cò-assumir la tenguda d’un acampada comuna e coma aquò profiechar dei retombadas mediaticas e politicas. De çò que ne’n sabem, jamai fuguèt envisatjada aquela opcion. Malurosament, en fonccionant d’aqueu biais, fasèm la part bèla ai detractors de l’occitan que per elei nòstre movement se resuma a una egemonia lengadociana. Tanben enfortissam la desconneissènça generala que vòu qu’Occitània es Lengadòc e basta.

Ni revendicacion concrèta, ni bilanç

Lo paperòt oficiau de la “coordinacion per la lenga occitana” qu’apèla a manifestar amolona leis estatisticas negativas sus l’occitan (que d’unei se pòdon discutar), sensa jamai exprimir de demandas concrètas. La situacion de l’occitan es catastrofica, totei siam d’acòrdi amb’aquò, mai aqueu constat simplàs basta pas, lo fach de l’enonciar clarament jamai permetrà d’enraiar la maquina. Per far un constat credible, per ne’n far un argument de pes, avem pas la causida : nos fau èstre capables de fargar de proposicions concrètas per inversar la tendéncia. Si nautrei, militants, sabem pas per qué nos batem e manifestam, coma lo podrián saupre leis esfèras politicas dei decidaires, qu’elei son pas tant engatjadas per l’occitan ò que de còp que l’a, se’n fotan completament ? Lei questions de fons pausadas per la situacion de l’occitan uei dèvon menar a de respònsas ben bastidas, aquò avans la tenguda de la manifestacion. Perque siam apelats a manifestar lo 24 d’octobre ? Que demandam ai poders publics ? Que son nòstreis exigéncias ? Per quala temporada ?

Tanben si fau constatar la manca d’estrategia a tèrmi lòng. Après Carcassona en 2005, aquò farà donc 5 còps en 10 ans que s’acampan totei lei tendéncias de l’occitanisme per exigir mai de reconeissènça de la part dei poders publics. Que fuguèron lei consequéncias dei manifestacions passadas ? Qualas avançadas fugèron obtengudas ? Se l’actuala coordinacion es pas capable de respòndre positivament a n’aquelei questions, coma pòu argumentar en favor d’una novèla manifestacion, dins aqueu contèxte de desalenament e de remesa en causa generalisada, coma ditz dins lo comunicat ? Siam onèstes : lei manifestacions occitanas cambièron rèn ò quasi. Lei mèdias nacionaus nos ignoran e lei quauquei responsables governamentaus que denhèron prendre posicion nos an gavat de paraulas non tengudas. Sieguem segur que per leis eleccions regionalas venentas, se trobarà de responsables politics divèrs en campanha dins de movements ciutadans, venguts sonhar son imatge sensa jamai rèn far per l’occitan pendent son futur mandat. Probable qu’ara fau envisatjar d’autrei biais de manifestar, en laissant de costat lei consideracions politicianas, lei desiderata egoïstas e autrei tira-cubertas. Es ora d’abandonar la corsa descabestrada ai subvencions, que totei siam en concuréncia leis uns e leis autrei mentre qu’obram per lei meteis objectius. Retrobam aquelei objectius comuns.

Una necessitat de democratisar lo movement

Es pas de gaietat de còr que publicam uei nòstre desacòrdi sus lo biais d’organisar lo movement occitan dich « oficiau ». Per èstre aunèste, aquela crida que lançam fuguèt tanben motivada per lo fach que cada còp que portavam criticas sus l’iniciativa d’ “Anem Òc”, fuguèram considerats coma d’empechaires de virar en redon, de gènts incapables d’organisar qué que siegue per l’occitan. Aisada es la critica, bensai, mai tanben es un dei fondaments d’una democracia e en refusant de s’i sometre, la coordinacion actuala solinha lei disfonccionaments que pauc a cha pauc la rosigan. Pièger, cava sa pròpria tomba emai alarga lo fossat que la separa d’una granda partida de la jova generacion d’occitanistas. En refusant d’ausir leis arguments mai d’un còp enonciats que reprenem aqui un còp mai, pièger, en leis escobant sensa jamai assajar de portar de respònsas e en infantilisant tot movement contestatari, aquela coordinacion se decredibilisa, se delegitimisa e condamna, per avança, lo succès potenciau de sa pròpria manifestacion !

Avem pas la pretencion de representar mai que d’autrei lo movement occitan ò ben leis occitanistas, mai nòstra vòtz còmpta tanben e dèu èstre ausida. Siam pas, coma d’unei va dison, de divisaires. Volem un movement occitan que fai avans, per una representativitat mai justa que naturalament menarà a una presa de posicion comuna mai fòrta e mai clara. Per aquò far, es essenciau de remetre en question lei praticas de consultacion e de decision dei subjèctes que pertòcan l’ensèmble dei militants engatjats per lo desvolopament de la cultura nòstra. Ja un promièr pas fuguèt fach en Provença ambé la creacion dau Forum d’òc, que pausa lei basas d’una granda acampada deis associacions occitanas e que permet d’engatjar una reflexion comuna. Fau enfortir e generalisar aquel otís perque toteis avem la meteissa tòca.

Devèrs la presa en còmpte d’una societat civila occitana

Aqueu charivari a l’entorn de la manifestacion de Montpelhier dèu permetre una reflexion mai importanta. Nos agradariá que lei decidaires actuaus laissèsson de costat aqueu ròtle, que son nombre se redusís a cada eveniment e que uei siam dins una situacion incredibla que fai que doas direccions d’associacions, e solament doas, incitan tota una populacion a aparar sei pròpris interèsts. Refusam d’èstre utilisats ò instrumentalisats per una minoritat d’organismes qu’assajan de sauvar çò que pòu èstre sauvat per d’eleccions regionalas que van, per causa de refòrma, tornar despartir lei cartas e modificar lo paisatge associatiu, que siegue occitan ò non. Tot aquò marcarà per longtemps cada ciutadan que rèsta sus lo territòri. Tanben desiram que la question dau retalhatge regionau siegue pausada sus la taula sensa esitar, que basta d’èstre d’estrucis alienadas e somesas au gavatge dei subvencions publicas sensa si rendre còmpte que lèu la fònt sarà agotada.

Empacharam pas aquela manifestacion, auriá ges de sens. En i participant sariam, nos sembla, instrumentalisats per d’objectius mai que foscs. En anent pas manifestar, saram oficialament considerats coma d’anti-occitans primaris (aquela empega !) que critican de lònga e que prepausan guaire. Anètz manifestar ! Bensai que nautrei tanben manifestaram… Alhors, d’un autre biais. A Bordèu, Marselha, Lemòtges, Pau, Clarmont, emai París, perque pas, pertot onte l’a mestier, onte l’a un interest vertadier, un interest generau. Vos en faguètz pas. Aquí son solament de pensaments que desvoloparam ambé d’autrei, ambé totei, au còr d’una platafòrma vertadierament democratica qu’es pas dependenta d’associacions vielhassas tancadas dins sei certituds e sei marridas costumas. Volem una platafòrma representativa de la societat civila occitana, qu’au dintre cada vòtz còmpta e pòu èstre ausida, emai lei vòtz d’aquelei que uei se reconeisson pas mai dins lei partits politics nimai dins leis associacions tradicionalas.

Cambian lei causas, e amb’elei cambiarem.

Crida de Marcha! – Platafòrma de la Societat Civila Occitana [FR]

Un manque crucial de transparence

Alors que l’on se demandait de quelle façon se traduirait à l’avenir la mobilisation du mouvement occitan en faveur de sa langue, nous avons comme beaucoup été surpris de recevoir au mois de février dernier un appel à manifester le 24 octobre à Montpellier, cela sans jamais avoir su que des discussions étaient en cours. Comment a été prise cette décision ? Par qui ? Quand ? Le manque de transparence dans cette affaire-là est total.

Nous savons qu’à la suite de désaccords, la FELCO, le Félibrige, ont décidé de quitter la coordination “Anem Òc”, actant de ce fait sa dissolution. Cela n’empêche pas l’actuel collectif de reprendre le slogan “Anem Òc” via le concours d’affiches qu’il organise, renforçant ainsi le trouble de la situation dans laquelle nous nous trouvons, en plus de surfer sur en mensonge communicationnel. Car à ce jour, deux structures seulement sont organisatrices de la manifestation de Montpellier, la fédération Calandreta e l’I.E.O National. Ce dernier n’a semble-t-il pas pris la peine de consulter ses adhérents pour qu’ils s’expriment sur le sujet, pas plus d’ailleurs que ses sections régionales et locales, à commencer par celle qui aurait dû être la première sollicitée, celle du Languedoc. C’est son choix et son droit, mais force est de constater que la date, le lieu, et la nature de la manifestation ont été pensées et actées dans les hautes sphères de l’occitanisme, des hautes sphères aujourd’hui bien seules et coupées de certaines réalités de terrain.

Le Languedoc, encore et toujours

Dès 2007, année de la deuxième manifestation occitane à Béziers, des voix se sont faites entendre pour demander aux organisateurs un rassemblement en dehors des frontières de Languedoc. Un appel lancé depuis la Gascogne, la Provence, le Limousin, mais aussi soutenu par des structures basées en Languedoc. Il nous a toujours été répondu que, pour des questions pratiques, il était impossible d’envisager une manifestation unitaire au-delà de l’axe Toulouse-Montpellier. Quelle crédibilité avons-nous, en tant qu’occitans, si nous ne sommes pas capables de nous réunir en dehors de la région centrale d’Occitanie ? Comment pouvons-nous prétendre combattre le système centraliste français alors que nous n’hésitons jamais à le reproduire à notre échelle ?

De nombreux territoires occitans sont délaissés, dévastés par le manque de reconnaissance institutionnelle et par la pauvreté de l’offre en enseignement de l’occitan, mais les organisateurs de la manifestation s’entêtent, malgré les demandes répétées de toute part, à concentrer leur action sur le seul territoire languedocien. Comment comprendre le choix de Montpellier, sans doute une des villes où l’occitan se porte le mieux en matière de représentation sociale ? D’autres régions comme le Limousin, la Provence, ont un besoin crucial de reconnaissance à tout point de vue concernant l’occitan. Des villes comme Marseille, Limoges ou même Bordeaux possèdent un réseau de structures capables de co-assumer la tenue d’un rassemblement commun et profiter ainsi des retombées médiatiques et politiques. Cette option n’a jamais été envisagée à notre connaissance. Triste est de constater qu’avec cette attitude, nous donnons du grain à moudre aux détracteurs réactionnaires de l’occitan qui résument notre mouvement à une hégémonie languedocienne. Et nous alimentons également la méconnaissance générale, qui veut que l’Occitanie se résume à la seule région languedocienne.

Ni revendication concrète, ni bilan

Le tract officiel de la “coordination pour la langue occitane” qui appelle à manifester empile les statistiques négatives sur l’occitan (certaines étant discutables), sans jamais formuler de demande concrète. La situation de l’occitan est catastrophique, nous sommes tous d’accord sur ce point, mais ce simple constat ne suffit pas, et le simple fait de l’énoncer, même le plus clairement du monde, ne saurait suffire à l’enrayer. Il ne prendra effectivement tout son sens, ne deviendra un argument de poids que lorsque nous serons en mesure d’avancer des propositions concrètes à même de le contrer. Si nous-mêmes, militants, ne savons pas pour quoi nous nous battons et manifestons, comment les sphères politiques des décideurs, bien moins engagées quand elles ne s’en contrefichent pas totalement, le sauraient-elles ? Certaines questions de fond doivent trouver de solides réponses avant la tenue de la manifestation : Pour quoi sommes-nous appelés à manifester le 24 octobre ? Que demandons nous aux pouvoirs publics ? Quelles sont nos exigences ? À quelle(s) échéance(s) ?

De plus, le manque de stratégie à long terme est criant. Après Carcassonne en 2005, cela fera donc 5 fois en 10 ans que l’occitanisme, toutes tendances confondues, se rassemble pour exiger plus de reconnaissance de la part des pouvoirs publics. Quelles ont été les conséquences des manifestations passées ? Quelles avancées avons-nous obtenu ? Si l’actuelle coordination n’est pas capable de répondre positivement à ces questions, comment-peut elle argumenter en faveur d’une nouvelle manifestation, dans un contexte d’essoufflement et de remise en cause généralisé, comme en atteste le présent communiqué ? Il apparaît aujourd’hui comme criant que rien ou presque n’a en réalité changé. Les médias nationaux nous ignorent et les rares responsables gouvernementaux qui daignent prendre position nous gavent de promesses non tenues. Soyons assurés que la tenue prochaine d’élections régionales sera une nouvelle fois l’occasion de voir tout mouvement citoyen infiltré de responsables politiques divers et en campagne venus lustrer leur image sans que rien ne soit obtenu en retour de toute leur mandature. Sans doute serait-il temps, enfin, d’envisager d’autres formes de manifestations, en mettant de côté les considérations politiciennes, les desiderata égoïstes et autres tirages de couverture à soi, d’abandonner une course effrénée aux subventions qui nous met tous en concurrence les uns avec les autres alors même que nous sommes censés oeuvrer pour les même objectifs. Revenons enfin à ces objectifs communs.

Une nécessité de démocratiser le mouvement

Ça n’est pas de gaieté de coeur que nous affichons aujourd’hui publiquement notre désaccord sur la façon dont est organisé le mouvement occitan dit “officiel”. Cet appel que nous lançons a en partie été motivé, il faut le dire, par l’insupportable manie de certains défenseurs de la manifestation du 24 octobre de persister à considérer tout ceux qui critiquent cette initiative comme des empêcheurs de tourner en rond, incapables d’organiser quoi que ce soit pour l’occitan. La critique est facile, peut-être, mais elle est un des fondements de la démocratie et en refusant de s’y soumettre, la coordination actuelle souligne les dysfonctionnements qui la rongent. Pire, elle creuse elle-même, en plus de sa propre tombe, un fossé grandissant qui la sépare d’une bonne partie de la jeune génération d’occitanistes. En refusant d’entendre des arguments énoncés maintes fois, que nous reprenons donc ici une fois de plus, pire, en les renvoyant dans les cordes sans jamais y apporter une tentative de réponse, en infantilisant, ce faisant, tout mouvement contestataire, elle se décrédibilise, se délégitimise et condamne, par avance, tout succès potentiel à sa propre manifestation !

Nous n’avons pas la prétention de représenter plus que les autres le mouvement occitan ou l’ensemble des occitanistes, mais notre voix compte et doit être entendue. Loin de l’étiquette de diviseurs que l’on voudrait nous accoler, nous souhaitons faire avancer le mouvement occitan vers une représentativité plus juste, qui amènera naturellement une prise de position commune plus forte et plus claire. Pour cela, il semble primordial d’entamer une remise en question des pratiques de consultation et de décision des sujets qui concernent l’ensemble des militants engagés pour le développement de notre culture. Un premier pas a déjà été fait en Provence avec la création du Forum d’òc qui pose les bases d’un grand rassemblement des associations occitanes et qui ouvre la voie à la réflexion. Renforçons et généralisons cet outil commun, car notre but à tous est bien le même.

Vers la prise en compte d’une société civile occitane

Nous souhaitons que cette cacophonie autour de la manifestation de Montpellier permette d’ouvrir une réflexion plus vaste. Nous souhaitons que les décideurs actuels cessent d’endosser ce rôle, ceux-là dont le nombre se réduit d’événement en événement, en arrivant aujourd’hui à cette situation ubuesque où deux simples directions de deux associations, et seulement deux, en arrivent à inciter toute une population à défendre leurs propres intérêts. Nous refusons d’être utilisés ou instrumentalisés par une minorité d’organismes tentant de sauver quelques meubles à l’approche d’élections régionales qui vont, réforme oblige, redistribuer les cartes et remodeler le paysage associatif, qu’il soit occitan ou non, impactant durablement tout citoyen vivant sur le territoire. Nous souhaitons aussi que cette question du redécoupage régional soit posée, avec aplomb, sur la table, que nous cessions de jouer les autruches aliénées, soumises à un régime de gavage par subvention publique s’apercevant, mais un peu tard, que la manne céleste sera bientôt tarie.

Nous n’empêcherons pas cette manifestation, cela n’aurait aucun sens. Et comme y participer serait visiblement être instrumentalisé pour des objectifs plus que flous mais que dans le même temps on nous fait bien sentir que ne pas y participer nous classe officiellement dans le registre des anti-occitans primaires (un comble !) à la gâchette critique rapide et à la détente de proposition bien plus longue, manifestez donc ! Peut-être manifesterons-nous nous aussi… Ailleurs, différemment. A Bordeaux, Marseille, Limoges, Pau, Clermont, ou bien Paris, pourquoi pas, là où il y en a réellement besoin, là où cela a un sens, là où cela a un quelconque intérêt, et un intérêt général. Oh, ne vous en faites pas, ce ne sont là que des pistes de réflexion, que nous entendons bien développer, avec d’autres, avec tous, au sein d’une plateforme réellement démocratique, non plus détenue par des associations hors d’âge figées dans leurs certitudes et leurs mauvaises habitudes. Non, une plateforme représentative de la société civile occitane, où chaque voix compte et peut être entendue, y compris et surtout celles de ceux ne se reconnaissant plus aujourd’hui ni dans les partis politiques ni dans les associations traditionnelles.

Les choses changent, nous changerons avec elles.